back_mps

Quand la Chine sera diabétique

Une équipe chinoise a voulu savoir quelle était l’association entre les différentes définitions de prédiabète, résistance à l’insuline et diabète et le risque de pathologies cardiovasculaires et de mortalité de toutes causes. Les auteurs ont réalisé une méta-analyse d’études prospectives de cohorte, retenant 53 études incluant au total plus de 1,6 million d’individus suivis pendant 9,5 ans en moyenne.

chine-diabete

Les données montrent que, quel que soit le seuil de glycémie choisi parmi les 3 définitions du pré-diabète, ce dernier est associé à une augmentation du risque d’un critère composite incluant pathologies cardiovasculaires, coronaropathies, accidents vasculaires cérébraux et toutes causes de mortalité. Le risque augmente de 13 % pour l’intolérance au glucose, de 26 % pour une glycémie à jeun élevée selon la définition de l’OMS et de 30 % selon la définition de l’ADA. L’augmentation du risque de coronaropathie est de 10 %, 18 % et 20 % respectivement, celui de toutes causes de mortalité de 13 %, 13 % et 32 % et celui d’accident vasculaire cérébral de 6 %, 17 % et 20 %. En ce qui concerne le taux d’hémoglobine glyquée (HbA1c), la valeur que l’OMS choisit pour définir le prédiabète, de 6,0-6,4 %, et celle de l’ADA, de 5,7-6,4 % sont toutes deux associées à une augmentation du risque du critère composite et de coronaropathie, mais pas à celui d’accident vasculaire cérébral ni de mortalité toutes causes.

Les auteurs concluent que, si l’on s’en tient aux critères de l’ADA, la population adulte des Etats-Unis compte jusqu’à 36,2 % de pré-diabétiques, et celle de la Chine plus de 50 %. Cela donne une idée de l’importance que revêt la mise en place de programmes de prévention, et l’impact considérable que peuvent avoir des changements de mode de vie. De nombreux travaux ont en effet montré la modification des règles hygiéno-diététiques est le point fondamental de la prise en charge du pré-diabète. Les auteurs suggèrent que des travaux soient menés avec les patients les plus à risque (par exemple en présence d’autres facteurs de risque cardiovasculaire), pour déterminer si une prise en charge pharmacologique serait utile pour ces patients.

Réf : Huang Y et coll. : Association between prediabetes and risk of cardiovascular disease and all cause mortality : systematic review and meta-analysis.

BMJ 2016 ; 355 : i5953.